Prélèvements

  • Type de tubes et anticoagulant

L’anticoagulant de référence en hémostase est le citrate de sodium à 0,105 - 0,109 M. Il est impératif de respecter strictement le rapport anticoagulant sur sang total qui doit être de 1 pour 9, à ne pas confondre avec celui utilisé pour le prélèvement de vitesse de sédimentation qui a un rapport 1 pour 4. Cela nécessite donc des tubes de qualité, maintenant le vide et le volume d’anticoagulant de façon constante pendant toute leur durée de validité. L’utilisation pour le prélèvement de cathéter trop long peut entraîner une diminution de la quantité de sang prélevé, égal au volume de la lumière du cathéter et de ses accessoires, et donc modifier le ratio anticoagulant sur sang total.

  • Qualité du prélèvement

Le prélèvement sera préferentiellement réalisé au pli du coude, par ponction franche, garrot peu serré afin d'éviter une stase prolongée. Il est important que le prélèvement pour hémostase ne contienne pas de fragments tissulaires susceptibles d’activer la coagulation. Les contaminations tissulaires se retrouvent, après avoir été aspirées dans l’aiguille, essentiellement dans les premiers millilitres prélevés. De telles contaminations peuvent se voir lorsque le prélèvement a été difficile. L’effet sur le résultat est variable, le temps de céphaline + activateur (TCA) est plus sensible à ce type de contamination que le temps de Quick (TQ). C’est la raison pour laquelle il a été recommandé de rejeter les deux premiers millilitres de sang. Cela n’est possible avec les tubes sous vide, qu’en prélevant systématiquement deux tubes. En fait, cette précaution est le plus souvent inutile : le TQ peut sans problème être effectué sur un tube unique prélevé sans risque de modification du résultat. Un seul tube suffit donc chez le patient qui vient au laboratoire pour une simple surveillance de traitement par antivitamines K. En fait, la qualification du préleveur est un élément probablement beaucoup plus déterminant pour la qualité du résultat : ainsi. Néanmoins, la proposition de ne pas utiliser pour l’hémostase les premiers millilitres prélevés garde un sens lorsque plusieurs tubes doivent être prélevés : il est préférable alors de ne pas positionner le tube d’hémostase en premier. La première place n’est pas la meilleure pour le tube d’hémostase, mais la dernière l’est encore moins : la présence prolongée d’une aiguille le long d’une paroi endothéliale peut entraîner une activation ou une lésion de l’endothélium. De nombreux facteurs, inhibiteurs ou activateurs de l’hémostase primaire, de la coagulation ou de la fibrinolyse peuvent alors être relargués par l’endothélium, susceptibles de perturber les résultats des tests d’hémostase. Cela peut être aggravé par le maintien prolongé d’un garrot. Le tube d’hémostase doit donc être prélevé rapidement après la pose du garrot quand ce dernier est nécessaire, et rapidement après l’introduction de l’aiguille dans la veine. Le (ou les) tube(s) doivent être correctement rempli(s) et agité(s) immédiatement par une dizaine de retournements lents et successifs. Il faut éviter de transvaser un tube dans un autre!!!

Il est à noter que la qualité du prélèvement dépend également de la rapidité d'acheminement au laboratoire d'hémostase. Les échantillons doivent être analysés dans les 4 heures suivant le prélèvement. Compte tenu des contraintes de délai des examens d'hémostase, il est préferable de noter l'heure du prélèvement sur le tube ou sur la feuille de de demande d'examen.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site