Temps de Quick

Temps de Quick - Taux de Prothrombine - INR -

Le temps de Quick est le temps de coagulation d’un plasma citraté pauvre en plaquettes recalcifié en présence de facteur tissulaire et de phospholipides apportés en large excès par le réactif thromboplastine. Les résultats s’expriment  en secondes, par rapport à un pool de plasmas témoins.                                                                                                                                                                                                       En France, les résulats sont exprimés en pourcentage, le TQ est appelé alors Taux de Prothrombine .

Ce résultat en pourcentage est obtenu en reportant le temps de coagulation obtenu pour le plasma à tester sur une droite d’étalonnage obtenue en testant des dilutions successives d’un plasma témoin normal (droite de Thivolle) ; l’activité du plasma normal étant par définition de 100%, celle du plasma normal dilué au demi de 50% etc…

Pour le suivi des traitements anticoagulants oraux par anti-vitamines K (AVK), c'est l’expression en INR (International Normalized Ratio) qui est préférée. L’expression en INR tient compte de la sensibilité du réactif utilisé et permet de limiter les différences observées entre différents laboratoires.                                  

Le taux de prothrombine explore la voie dite « extrinsèque » de la coagulation : il est abaissé en cas de déficit constitutionnel ou acquis en facteurs II, V, VII, X et/ou en fibrinogène.

BIOPATHOLOGIE

Compte tenu de l’immaturité hépatique, et, le cas échéant, d’une éventuelle carence en vitamine K chez le nouveau-né à terme ou prématuré, les taux des facteurs vitamine K dépendants (II, VII, IX, X) sont abaissés ; le taux de prothrombine est susceptible d’être abaissé en proportion du déficit en facteurs II, VII et X observé.

Le taux de prothrombine est abaissé en cas de déficit constitutionnel ou acquis en facteurs II, V, VII, X et/ou en fibrinogène.

Le taux de prothrombine est abaissé en cas d’insuffisance hépato-cellulaire ou de CIVD (coagulation intra-vasculaire disséminée).

Le taux de prothrombine est abaissé en cas de carence en vitamine K ainsi qu’au cours des traitements par AVK. De nombreux médicaments sont susceptibles d’interférer dans le métabolisme des AVK et de potentialiser ou réduire l’effet anticoagulant des AVK (se référer au dictionnaire Vidal®) ; ces interférences peuvent conduire à des variations de l’INR.

Le taux de prothrombine est abaissé au cours des traitements par l’hirudine (et ses dérivés) ainsi que lors des traitements par le mélagatran / ximélagatran.

D’autres nouveaux médicaments anticoagulants en développement sont susceptibles de modifier le taux de prothrombine.

Le fondaparinux ne modifie pas le taux de prothrombine aux concentrations utilisées en thérapeutique.

La sensibilité du taux de prothrombine aux anticoagulants circulants de type lupique est en général faible et varie d’un réactif à l’autre.

Les réactifs contiennent en général un inhibiteur de l’héparine qui rend le taux de prothrombine insensible aux concentrations d’héparine habituellement observées dans les traitements par l’héparine ou  les héparines de bas poids moléculaire (HBPM).

Renseignements cliniques indispensables - contexte de la demande :

- diagnostic d’un syndrome hémorragique

- bilan systématique ou pré-opératoire

- insuffisance hépato-cellulaire

- CIVD

- suivi des traitements par AVK

- diagnostic d’une carence en vitamine K ou d’une intoxication par les AVK

- autres..

PRELEVEMENT ET TRANSMISSION DES ECHANTILLONS

Echantillon

Mesure exclusivement sur plasma citraté, après centrifugation du sang total obtenu par ponction veineuse.

Le sang doit être prélevé sur citrate à la concentration de 3,2% soit 0,109M (recueil sur citrate 3,8% soit 0,129M acceptable), 1 volume de citrate pour 9 volumes de sang. Le citrate doit être tamponné à pH 5,1 à 5,3 da façon à assurer un pH entre 7,3 et 7,45 dans l’échantillon

plasmatique. Le sang peut également être recueilli sur tube CTAD (citrate, théophylline, adénine, dipyridamole). Tout autre anticoagulant est proscrit.

En cas d’hématocrite éloigné des normes (<30% ou >55%), le volume d’anticoagulant doit être adapté selon la formule de Mc Gann : volume d’anticoagulant (mL) = 0,00185 x volume final (mL) x [100 – hématocrite (%)] ou d’Ingram : volume d’anticoagulant (mL) = volume de sang (mL) x [100 – hématocrite (%)] /[ 595 – hématocrite (%)]

L’utilisation de tubes sous-vide est recommandée. Dans tous les cas : respecter le volume de sang à prélever. Une tolérance de 10% par rapport au volume nominal peut être acceptée. L’utilisation de tubes en verre siliconé est recommandée. L’utilisation de tubes en matière plastique est possible si elle a été validée (l’utilisation de polypropylène serait préférable à celle du polystyrène).

La taille du tube doit être adaptée au volume de l’échantillon. Les tubes à remplissage partiel ont été incriminés pour certains tests (TCA) et doivent donc être évités dans l’attente d’études plus complètes.

L’aiguille doit avoir un diamètre compris entre 0,7 et 1 mm (19 à 22 gauges).

L’utilisation du garrot doit être limitée à moins de une minute (recommandation du GEHT).

L’échantillon de sang destiné au dosage du taux de prothrombine doit être prélevé après écoulement des premiers millilitres de sang (qui peuvent être utilisés pour d’autres analyses) et avant d’autres échantillons prélevés sur d’autres anticoagulants.

Le sang est recueilli par ponction veineuse au pli du coude. Les prélèvements sur cathéters sont proscrits (risques de souillure par l’héparine et d’activation de la coagulation). En cas de nécessité absolue, le sang peut être prélevé sur cathéter après rejet des 5 à 10 premiers millilitres de sang.

Les tubes doivent être soigneusement agités par 8 à 10 retournements successifs afin d’homogénéiser le sang et l’anticoagulant.

Prélèvement

En dehors du contexte de l’urgence, le prélèvement est en général effectué le matin (entre 7 et 11 heures).

Le sujet doit être de préférence à jeun : café, tabac et alcool doivent être évités dans l’heure qui précède le prélèvement. Un petit déjeuner sans matières grasses peut être autorisé.

Le prélèvement est effectué en théorie chez le patient en position couchée depuis 30 minutes. Cette précaution est négligée en pratique courante . Le prélèvement peut être effectué chez le patient en position assise.

Particularités

Les prélèvements lactescents ou hémolysés doivent être rejetés.

L’absence de micro-caillots doit être vérifiée.

L’INR est considéré comme un test robuste, à la différence du TCA.

La mesure est couplée le cas échéant, à celui des facteurs de la voie extrinsèque (II, V, VII, X) ou des facteurs vitamine K dépendants (II, VII, IX, X), à un bilan de CIVD (facteurs V et VII, PDF / Ddimères, numération du chiffre de plaquettes) ou biochimique d’insuffisance hépato-cellulaire.

Transmission

Transport en position verticale.

Eviter toute agitation intempestive.

Tubes conservés bouchés à température ambiante, sous réserve que celle-ci reste dans des limites acceptables.

Transmission au laboratoire dans l’heure suivant le prélèvement.

Les tubes doivent être centrifugés rapidement après le prélèvement suivant une double centrifugation à 2.000g pendant 15 minutes à une température de 15 à 20°C.

L’analyse doit être effectuée dans les quatre heures suivant le prélèvement. En cas d’analyse différée, le plasma peut être congelé à –80°C. A défaut, il peut être congelé à –20°C pour une durée inférieure à une semaine.

L’horodatage du prélèvement ou du recueil, de l’acheminent et de la réception de chaque échantillon au laboratoire ainsi que l’identification de toutes les personnes qui accomplissent ces tâches sont essentiels

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site